X

Standards : leurre commercial ou base humaniste ?

L'application de l'accessibilité et de l'interopérabilité pour le commanditaire.

En discutant aujourd'hui par mails interposés avec Stéphane Deschamps (nota-bene.org) sur mes motivations personnelles, nous en sommes rapidement venu à débattre sur l'application des standards. Et voici ce qu'il en resort.

L'idée de départ amenée par Stéphane est de ne pas refaire les erreurs du passé, bien entendu. La référence aux webagencies des années 2000 en est le témoin historique. Même si cette constatation s'appuie sur un laps de temps très court, elle n'est que proportionnelle à l'échelle de la vie de la toile. A cette période de bulle internet, pour mémoire, les "jeunes pousses" proposaient monts et merveilles, via une maîtrise parfaite des outils technologiques et des stratégies de marketing ou de communication. Les clients, incultes, se voyaient sortir des sommes demeusurées. C'était le temps du quantitatif (pour ne pas dire de grossièreté).

Et là se pose la réflexion : ces sociétés promettaient des outils et des interfacent innovantes en sachant que le client n'y voyait que du feu. Le client demandait une prestation qu'il n'était pas en mesure d'évaluer. Lui il était client : il voulait que cela marche, que cela soit efficace quelle que soit la technologie choisie (dont il se moquait).

Le laps de temps très court nous amène à aujourd'hui. Le secteur s'est "écrémé" tout en se professionnalisant. Commanditaires et prestataires ont mûri ; ils sont mieux renseignés surtout ! La qualité des sites et des services en ligne s'est améliorée. Conviction personnelle : la qualité passe maintenant par l'application de l'accessibilité et de l'interopérabilité. Ce qui signifie que l'on propose aujourd'hui des solutions transparentes et innovantes que, de toute façon, le client ne maîtrise pas, si tant est qu'il connait les conformités au WCAG. Situations similaires ?

Si la réponse n'est pas tranchable, la question amène le sujet sur un terrain plus délicat qu'il n'y parait. Cela méritait débat en tout cas ;-) Débat qui, par définition, n'est pas achevé.

Pour ma part, je dirai que seule compte la manière dont les prestataires de services revendiquent la mise en place des standards et comment ils conseillent leurs commanditaires. J'insisterai tout de même sur le fait que les interlocuteurs, en tout cas ceux que je rencontre, sont tout de même - et de plus en plus - sensibles à ce point d'encodage. Il arrivent même qu'ils en soient "exigeants" dans les cahiers des charges soumis ! J'en ai encore la preuve avant-hier avec une mairie... Rien ne dit si, sur ce cas précis, les interlocuteurs savent ce qu'ils mettent en avant de leur demande, mais au moins ils y sont sensibilisés. J'ai donc bon espoir !

Une chose est certaine : le client veut que cela tourne et que cela soit joli/efficace. Après, le code ce n'est pas son affaire.

Laisser un commentaire

Votre nom *
Votre mail *
Site internet
Message

Nous contacter

Pour nous (re)joindre

captcha

Coordonnées

NEOMA interactive by Linagora
100 Terrasse Boieldieu
Tour Franklin
92042 Paris - La Défense Cedex
France
(+33) 1 46 96 63 63