X

Accessibilité numérique : un bon point et un mauvais point

Un bon et un mauvais exemple d’accessibilite en ligne

Une fois n'est pas coutûme, je balance, avec un mauvais exemple et un bon exemple de site internet accessible.

Mauvais point
pour le site de la mairie de Sucy-en-Brie, dans le 94. Commune où je suis né, je reviens à l'instant d'une expérience interactive à en faire frémir toute personne sensible à la moindre notion d'accessibilité ! Je commence par le site internet : il m'indique bien que je suis le vendredi 30 mai 2008. Par contre la navigation, le gabarit html copyrighté 2004 et les images qui fuient vers la droite de mon interface Firefox commencent à me faire douter de la propreté du code, encore plus de l'application des bons usages du web.

Perdu dès l'accueil dans la non-ergonomie en place je saisie l'opportunité du moteur de recherche (placé sur le beau et bien visible label "ville internet" !) pour taper l'objet de ma recherche : 'certificat de naissance'. La recherche mouline/rame et m'affiche dans un pop-up html une réponse. Même si cela n'est pas clair en terme de mise en page (je cherche tout de même dans le texte affiché si c'est bien une réponse que j'attendais et qui est liée aux mots que j'ai saisis), je tente le clic. Horreur ! cela ouvre une nouvelle page dans ce même pop-up, limité en proportions, à moins que je n'ai l'idée d'afficher le pop-up en grand, ou de copier/coller l'url de destination dans ma page de départ.

La réponse est ensuite géniale : il faut appeler un numéro de téléphone à la mairie ou mieux, faire une recherche sur Nantes via le minitel si je suis en dehors de la métropole.

Minitel : tapez 3615 code : FRANCEMONDE*SCEC
Demande d'actes pour des événements survenus à l'étranger, concernant des ressortissants français.

Je téléphone à la mairie de Sucy. L'accès à la réponse de mon besoin est tout aussi aisée puisqu'on me propose de me rendre physiquement sur place. Sinon je peux faire une demande par internet mais il faudra que je patiente 10 jours pour que mon certificat soit envoyé à ma mairie de résidence principale. Soit ! j'opte pour la demande en ligne, au cas où... ; mon interlocutrice me donne l'adresse <conversation> :

- l'adresse internet est la suivante, vous notez ? : etat tiret civil 'ate'
- 'ate' ? ce n'est pas une page internet alors, c'est une adresse email ?
- oh vous savez c'est pareil ! alors je poursuis : 'ate' (...)

<fin de conversation>

Bravo pour l'accessibilité générale d'un service, via cet exemple permettant de prouver que l'on est né ! :)

Bon point ?
Bien que l'exemple ci-dessus ressemble typiquement à du service franco-français, oui ! il y a aussi de bons exemples à citer sur notre territoire. Celui du site internet de l'Hôpital Foch à Paris qui affiche fièrement atteindre le niveau Triple A en accessibilité numérique ! Pas besoin d'en rajouter, cela n'est pas du bluff de communication. Une réalisation Ventiloman (bravo !).

A noter. Le zéro-défaut n'existant pas : il y a quand même des liens et des images sans titres ou alternatifs...
Non détectés par le validateur W3C, ces oublis renforcent l'idée que la relecture humaine est primordiale pour une validation d'accessibilité numérique !

Extra
Ce billet me donne une idée à développer : proposer régulièrement des exemples et des contre-exemples de sites internet respectueux de l'accessibilité numérique, dans le seul but - j'insiste ! - non pas de balancer mais en réalité d'encourager l'application et la vulgarisation de l'accessibilité ! Et pourquoi pas plus généralement même sur les webstandards et les règles de bons usages.

Un commentaire sur cet article De “Accessibilité numérique : un bon point et un mauvais point”

  1. Bob (MC Melun) 11 juin 2008 à 16 h 08 min

    J’ai encore parlé de cela jeudi dernier aux assises de l’AMIF…

    Si le décret était sorti en temps et heure avec une quelconque mesure pour forcer – au moins – à s’intéresser au problème, ce genre de débat ne devrait même pas avoir lieu. Aujourd’hui, je suis presque sûr que cette mairie ne sait même pas qu’elle devra revoir de fond en comble son site pour le rendre accessible…

    A part faire une « copie » accessible mais les exemples que j’en ai vu jusqu’à maintenant ne m’ont pas convaincus et des mairies ont fait marche arrière devant le tolé, la seule solution passe par une prise en compte dès avant l’écriture et sans raison particulière (intérêt particulier des décideurs ou présence dans leur relation de personnes handicapées) cela ne passe même pas la porte des salles de réunion, hélas.

    Je me propose par exemple de le faire (disons en expertise, en soutien au webmaster) avec une association intercommunale autour de la sécurité routière : outre mon intérêt particulier, j’ai mis en avant le fait qu’hélas nous nous adressions aussi au cassés de la route et que tous ne s’en sortent pas aussi bien que moi (« juste » une fracture de la cheville mais je ne me sert pas de ma cheville pour naviguer sur le web :) ).

    Quand à la validation automatique, tu as très bien résumé sa portée (ça promet pour le contrôle effectif). D’ailleurs ce n’est le premier site annoncé AAA sur lequel on remarque des erreurs aussi basiques que les « alt ». Ce n’est qu’une étape à franchir mais il y en a d’autres…

Laisser un commentaire

Votre nom *
Votre mail *
Site internet
Message

Nous contacter

Pour nous (re)joindre

captcha

Coordonnées

NEOMA interactive by Linagora
100 Terrasse Boieldieu
Tour Franklin
92042 Paris - La Défense Cedex
France
(+33) 1 46 96 63 63